Fond long web 72
Du Frout1
Le mensonge fait tout pour qu’on le prenne au mot …
La fable dit le vrai en racontant le faux.

"Fablerie"- Vendredi 22 septembre - Chapiteau - 20h30

   

Du Frout2
Jean du Frout, Artisan Fabuliste, Compagnon du Tour de France
Fabrice Coccitto, Pianiste.

Les fables de Jean du Frout prêtent à sourire, à rire et même à réfléchir sur des thèmes modernes ou intemporels. Enlevées sur un mode enjoué, dans une langue drue, classique mais actuelle, les fables invitent l’auditeur à une balade surprenante et fantasque. Pleine de poésie, de tendresse et d’humour et ponctuée par le piano plein d’à propos de Fabrice Coccitto.
Après une heure quinze environ d’un parcours vif et enjoué, le public appréciera, avec bonheur, combien fantaisie, transparence, densité et profondeur font bon ménage dans les mots des fables d’aujourd’hui.
D’abord, une carrière assez mouvementée en France et par le monde comme dirigeant dans de grands groupes de l’industrie alimentaire française, souvent à l’étranger comme patron de filiales : Etats-Unis, Maroc, Mexique et Amérique Latine.
Puis une surprenante parenthèse de deux ans comme Directeur Général du Tour de France, pour mondialiser le Tour : En 1988, l’année où Stephen Roche gagne et en 1989, l’année ou Laurent Fignon perd le Tour pour 8 secondes de retard sur Greg Lemond dans le contre-la-montre de la dernière étape ! Parfaitement néophyte dans le monde plutôt clos et conservateur du vélo, Jean-François Naquet-Radiguet faisait preuve de compétitivité et d’esprit sportif en décidant que la course durerait jusqu’au dernier coup de pédale de la dernière étape. C’était tout de même plus exaltant qu’une dernière étape de frime, où le vainqueur du Tour est connu avant le départ et non pas à l’arrivée de cette ultime étape. Métier passionnant mais intenable, en raison des problèmes révélés par la suite, déjà trop présents !
A la retraite, Jean-François Naquet-Radiguet qui avait toujours écrit en dilettante trouve enfin le temps de s’y mettre sérieusement. Il commence l’écriture quotidienne des fables et  prend le nom de Jean du Frout,  un nom de plume aquatique, par déférence affectueuse pour son bon Maitre. Le nom du « Frout », tout petit ruisseau derrière sa maison de Bretagne, lui parut plus à sa mesure que celui de la rivière voisine, « La Flèche », bien trop ambitieux.
Il observe et décrit avec le sourire un monde qui l’émerveille. Où les intervenants s’écoutent poliment, où les animaux devisent doctement et où les moralités, saugrenues ou farfelues, ont le goût acidulé-sucré des framboises du potager.
La fable, ce mensonge qui dit la vérité …
www.jeandufrout.fr