Slider

En cette année 2020, intermédiaire entre deux festivals, Les Jours de Lumière a choisi d'exposer une série d'œuvres issues de son Fonds d'Art (il s'agit d'œuvres données par les artistes à l'association au fil des ans). L'exposition s'est  déroulée dans la chapelle de la Madeleine (sur la place de l'église) du samedi 8 au dimanche 16 août chaque après-midi.
Ont été montrées des œuvres d'art aborigène, de Joël Barbiéro, Stéphanie Bertholon, Manon Damiens, Clothilde Lasserre, François Mayu et Laurence Waldner présents en 2019, ainsi que d'autres artistes des éditions précédentes dont les œuvres auraient pu s'intégrer au thème VIBRATIONS de 2019 : Laurent Barnavon, Jean-Christophe de Clerc, Kerstin Lindstahl, Catherine Reineke-Manry, Feng Xiao Min et Vladimir Zbynovsky.

Durant cette semaine d'expo, tenue par des bénévoles de l'association, près de 600 personnes ont défilé et apprécié la sélection et la qualité des pièces retenues. Un grand plaisir pour tous que d'accéder à de la culture de haut niveau, dans cette période difficile où les grandes expositions et festivals ont dû être annulés.



  Expo Madeleine JdL 2020 2   Expo Madeleine JdL 2020 3   Expo Madeleine JdL 2020 4

Lors du festival 2019, deux concours réservés aux scolaires avaient été organisés. Le premier, un concours de photos, concernait les collégiens et le second, un concours d'écriture journalistique, s'adressait aux lycéens. Ils furent accompagnés lors de leur venue par deux journalistes de La Montagne, avec le soutien de la Fondation Varenne, afin de conseiller ces jeunes apprentis photographes et écrivains.

Après remise des travaux et constitution d'un jury, ce fut l'heure de la remise des prix. Karim Benmiloud, recteur de l'académie de Clermont-Ferrand avait fait le déplacement à Saint-Saturnin pour l'occasion, afin de remettre leurs prix aux jeunes gagnants. Devant un parterre d'une soixantaine d'élèves et enseignants, monsieur le recteur en profita pour expliquer quelle était sa fonction, son attachement personnel à la culture et il remercia vivement les enseignants qui offraient à leurs élèves un accès et une meilleure connaissance de l'art sous toutes ses formes.

Les lauréats

Trois thèmes étaient proposés pour le concours Photo. Lisa Ladevie, du collège Saint-Joseph de Saint-Saturnin, a remporté le prix pour le thème Ambiance du festival, les élèves du collège de Champeix ont remporté les thèmes Artiste et Œuvre ainsi que le prix Coup de cœur du jury.

Pour le concours Ecriture, le jury fit un classement en deux thèmes : Ecriture Journalistique, remporté par Valentine Da Cunha, et Critique d'Art remporté par Jeanne Chavroche.  Un prix Coup de cœur fut attribué à Mélissa Loubier, toutes trois élèves au lycée René Descartes de Cournon.



remise des prix    IMGP0543

Pour Isabelle Van Praagh, vice-présidente de l'association organisatrice du festival Les Jours de Lumière et plus particulièrement responsable de l'accueil des scolaires, cette manifestation de remise des prix, mettait un point d'orgue à un festival 2019 particulièrement réussi côté scolaire, avec la venue lors du jour d'ouverture de près de 1000 élèves et enseignants, de la maternelle au lycée, de 14 établissements du territoire... soit une hausse de 88 % par rapport au festival précédent !

 COLLEGE CHAMPEIX 1    COLLEGE CHAMPEIX 3    COLLEGE CHAMPEIX 2    COLLEGE SAINT SATURNIN

  Les 4 photos primées.

 

Devant un public plus nombreux qu'en avril, la seconde "soirée découverte" des Jours de Lumière a donné la parole à Joël Barbiero, l'un des futurs invités du festival 2019 et qui se trouve par ailleurs installé à... Tallende

2e soirée  J barbiero

Après une présentation teintée de nostalgie sur l'état de l'art contemporain aujourd'hui et son rattachement personnel à l'art moderne, Joël Barbiéro nous a dit combien il se sentait proche de "l'arte povera", un art du dépouillement extrême, des couleurs ternaires, du retour à la matière dont certains maîtres l'ont influencé, tels Eugène Carrière ou Zoltan Music. Fils de maçon, il se sent proche de la matière brute, simple, presque monochrome.

Au contact de la nature auvergnate et des vergers de Tallende, il aime se promener, noter, griffer sur un cahier une impression, une idée, un sentiment, le mouvement d'une branche... et c'est ensuite au cœur de l'atelier, après avoir marché que l'œuvre débute, s'enrichit jour après jour, et ne sera terminée que dans le regard du spectateur qui l'accueille.

joel Barbiero dore WEB      Joel Barbiero vegetal couleur WEB

Nous aurons le plaisir de découvrir le travail "grandeur nature" de Joël Barbiéro, fin septembre à Saint-Saturnin, lors du festival.
Mais avant cela, rendez-vous le 26 juin, à la Grange de Mai pour rencontrer Isabelle de Maison Rouge lors de la dernière Soirée Découverte.
 

Vendredi 7 février s’est tenu, à la Grange de Mai à Saint-Saturnin, l’Assemble Générale d’AMOS, association organisatrice du festival Les Jours de Lumière. La manifestation a débuté dans la joie puisque ce fût l’occasion de remettre sous les applaudissements la sculpture en terre cuite, de l’artiste Corinne Chauvet qui avait été mise en jeu durant le festival. C’est une professeur de Clermont-Ferrand, madame Hanna Skrabalova qui est repartie avec ce petit moine rieur, faisant bien des envieux.



2e soirée  

Patrick Lepercq a présenté ensuite les grands chiffres du festival 2019, avec 6036 festivaliers dont 700 de Saint-Saturnin, près de 1000 scolaires et enseignants du territoire, 32 expositions, 45 artistes, plus de 500 œuvres d’art, etc. Soit un excellent cru pour cette 11e édition.

Cette assemblée fut aussi l’occasion de renouveler une partie du conseil d’administration et du bureau et d’aborder le thème de la prochaine édition qui se tiendra en septembre 2021. Il y sera question de Visages et de Paysages… et plus encore qu’en 2019, le festival ouvrira ses portes à des artistes de renommé nationale et international. Nous aurons l’occasion d’en reparler dans l’année…

 

  Joel Barbiero vegetal couleur WEB

Pour conclure l’Assemblée, un film de 42 minutes d’Alain Feyti, réalisateur et ami du festival, a permis a chacun de revivre les temps forts, les émotions et les… vibrations du festival 2019.

 

Le 8 février, à la Grange de Mai et devant une cinquantaine de personnes, Patrick Lepercq, président d’AMOS, a eu l’occasion, lors de l’Assemblée générale de de l’association, de faire le bilan de l’année écoulée et de présenter les points forts de 2019, année de festival.

Le Festival Les Jours de Lumière, se tiendra donc du 27 au 29 septembre 2019 et accueillera une trentaine d’artistes de renommée nationale ou internationale, dans tous les domaines des arts plastiques, des spectacles de rue et trois concerts, dont un du très médiatique André Manoukian. Une nouvelle affiche, résolument artistique a été dévoilée, ainsi que le thème du festival : Vibrations.

AG amos 008 WEB

Cette année l’orientation « initiation à l’art contemporain » est affichée plus encore que par le passé, avec une initiative originale visant à mieux impliquer et récompenser les très nombreux bénévoles du festival. En effet, au cours du printemps, 3 conférences leur seront proposées à Saint-Saturnin (les 11 avril, 2 mai et 20 juin) par des professionnels de l’art. Quant aux festivaliers qui le désirent, ils pourront par ailleurs suivre durant le festival des parcours guidés entre les expositions.

L’Assemblée a ensuite laissé la place à une artiste plasticienne clermontoise, Anne-Sophie Emard, qui est venue présenter son œuvre « Souche », une demi-pyramide de cubes, dont chacune des faces est animée par une projection vidéo qui lui est propre. Une œuvre fascinante et hypnotique qui sera, n’en doutons pas, une des vedettes du prochain festival des Jours de Lumière et qui a donné aux participants de la soirée l’envie de se projeter déjà fin septembre.

souche WEB